Accueil > Le LySEm > Notre histoire

Notre histoire

Origine du projet

Le projet de création du Lycée Sœur Emmanuelle est porté par cinq écoles affiliées au SeGEC, toutes implantées sur le territoire de la commune d’Anderlecht :
l’École Raymond Van Belle (ERVB) située avenue d’Itterbeek 498 à Anderlecht (à la limite de Dilbeek) - enseignement fondamental uniquement
l’Institut Marie-Immaculée-Montjoie (IMMI) situé rue des Résédas 51 - enseignement fondamental et secondaire général, technique et professionnel
l’Institut Notre Dame (IND) située rue de Fiennes 66 - plusieurs implantations d’écoles fondamentales sur la commune et enseignement secondaire général, technique et professionnel
l’Institut de la Providence (IP) située rue Haberman 27 - 1er degré différencié uniquement - enseignement secondaire technique et professionnel aux 2e et 3e degrés
l’Institut des Sœurs de Notre Dame (ISND) situé rue de Veeweyde 40 - enseignement fondamental et secondaire général et technique)

Suite à l’appel à projet des Ministres Nollet et Antoine dans le cadre du plan d’urgence pour l’ouverture de nouvelles places à Bruxelles et en Wallonie, ces cinq écoles ont introduit un dossier commun au mois de mars 2014 dans le but d’obtenir une subvention pour la construction d’un nouveau bâtiment sur un terrain de l’Archevêché Malines-Bruxelles. Celui-ci comportera quatre classes pour l’ERVB et seize classes d’un degré d’observation autonome (1er degré de l’enseignement secondaire). Dans ses courriers du 6 mai 2014, la Fédération Wallonie Bruxelles donnait son accord pour octroyer des aides financières pour la création de 100 places à l’École Raymond Van Belle et de 384 aux quatre écoles secondaires réunies.

Création d’une nouvelle ASBL

L’Association sans but lucratif, Pouvoir organisateur de la nouvelle école, a été constituée le 2 juillet 2014.
L’objet social de cette nouvelle ASBL est décrit dans l’article 3 de ses statuts :
L’Association a pour but d’organiser une école catholique, organisant un premier Degré d’Observation Autonome et reconnue par l’Archevêque de Malines-Bruxelles. Pour ce faire elle adopte l’Évangile et sa tradition comme source de sens et d’engagement dans l’action éducative et se fait obligation de construire ses propres projets éducatif et pédagogique en cohérence avec la visée et les valeurs du projet éducatif du réseau exprimées pour aujourd’hui dans "Mission de l’école chrétienne" ainsi qu’avec les axes majeurs du projet pédagogique de la Fédération de l’enseignement secondaire catholique. Elle collabore avec les autres écoles catholiques au sein de ce réseau et avec ses organes. Elle fait acte d’adhésion au SeGEC.

Pourquoi une école catholique ?

Les cinq écoles à l’origine du projet étant des écoles catholiques affiliées au SeGEC, il était tout à fait logique que cette nouvelle école le soit également. Néanmoins, cette création est l’occasion de repréciser les fondements de l’enseignement confessionnel chrétien et de réaffirmer notre adhésion à son projet éducatif décrit dans Mission de l’École chrétienne.
« L’école chrétienne offre à chacun la liberté de construire sa propre identité en relation avec le Dieu de Jésus, de se sentir interpellé par la Bonne nouvelle de l’Évangile. Cette tâche s’effectue dans l’activité-même d’enseigner, car là où se construisent les savoirs et les savoir-faire se forment l’esprit et le sens de la vie. Les valeurs humaines et évangéliques trouvent encore leur forme concrète dans l’organisation scolaire et dans la façon de vivre les relations entre les personnes. » (Extrait de : Mission de l’École chrétienne)

Choix du nom de l’école

Avec l’accord de la Fondation Sœur Emmanuelle, nous avons décider d’appeler cette nouvelle école : Lycée Sœur Emmanuelle. Pourquoi ?
Sœur Emmanuelle est une femme (c’est rare dans les noms d’école)

  • Elle est née à Bruxelles
  • Elle a été active dans le monde de l’enseignement et de l’enfance
  • Elle réunit un assez large consensus en terme de popularité.
  • L’Évangile fut le moteur de son action et nous voulons qu’il soit aussi celui de notre
  • équipe éducative
  • De plus, elle n’a pas encore d’école à son nom en Belgique, depuis son décès en 2008.
    Mais la raison principale est à trouver dans l’attention qu’elle porta à tous et plus particulièrement aux plus démunis ainsi que la confiance qu’elle témoigna en la jeunesse (Yalla, en avant les jeunes !). Celles-ci nous serviront d’exemple et sont au cœur de notre Projet éducatif et pédagogique.

Et aujourd’hui ?

Trois années auront été nécessaires pour concrétiser le projet et construire le bâtiment. En septembre 2017, le Lycée Sœur Emmanuelle a ouvert ses portes et environ 130 élèves de 1C et de 1D y sont inscrit. En 2018, nous ouvrirons également des classes de 2C et de 2D. A terme, l’école comptera environ 400 élèves.